Menu

Non publié / Quand les cotisations s'élevaient à 60 centimes par mois !

La Société mutuelle des émailleurs et peintres du district de Courtelary est fondée à Saint-Imier le 11 novembre 1868. Elle a pour but de créer un fonds de secours pour les ouvriers en cas de maladie. La mise d'entrée est alors de 2 francs, la cotisation mensuelle s'élevant à 60 centimes.

Dès 1870, les ouvriers manifestent un nouvel esprit de cohésion qui se traduit par l'adhésion de la Mutuelle à la Société de résistance pour le district de Courtelary (fonds de grève) et la création au sein de la Mutuelle d'une « Caisse pour cas imprévus ». Durant presque deux décennies passablement mouvementées, la Mutuelle fonctionne comme une corporation ouvrière, faisant valoir les droits des ouvriers face aux patrons, imposant à ses membres le respect des tarifs minimaux. En 1873, le Comité central des associations d'émailleurs priera d'ailleurs les ouvrières de la branche d'adhérer elles aussi à une association « collatérale ».
 

MDI_doc_emailleurs

 © Mémoires d'Ici, Fonds Société mutuelle des émailleurs
et peintre du district de Courtelary
En 1886, après avoir proposé la création d'une « chambre syndicale des émailleurs du district » distinct, la Mutuelle révise ses statuts et se concentre sur son but originel : servir des prestations de secours en cas de maladie qui constitue la seule sécurité avant le développement du système d'assurance au XXe siècle.
Dans les statuts révisés de 1951, la société a pris le nom de « Société de secours en cas de maladie des faiseurs de cadrans Saint-Imier », ou plus simplement « Mutuelle des faiseurs de cadrans ». Basée à Saint-Imier, elle est ouverte aux Suisses de toutes professions, âgée de 17 à 45 ans, jouissant d'un bon état de santé et d'une bonne réputation.
Après avoir compté une centaine de membres, la Mutuelle décline lentement dans la seconde moitié du XXe siècle, bien qu'elle ne cesse de verser une modeste contribution à ses membres (5 francs par jour d'hospitalisation) jusqu'à sa dissolution, prononcée le 11 mars 2016. Le comité choisit alors de répartir sa fortune de 22 000 francs entre huit institutions régionales d'utilité publique.
 
Le fonds d'archives de la Mutuelle est concervé à Mémoires d'Ici.