Menu

Non publié / Devenir un Ami de la Nature

Ne devient pas un Ami de la Nature qui veut dans les années 1940, à Saint-Imier comme partout ailleurs

Née à Vienne en 1895, l’Union touristique des Amis de la Nature souhaitait alors promouvoir des loisirs susceptibles de régénérer le corps et l’esprit des nouveaux travailleurs de l’industrie. Contrairement à d’autres mouvements nés à la même époque et exprimant le vœu d’un retour à un mode de vie naturel, cette société s’adressait, sinon aux ouvriers, du moins aux partisans du socialisme. Le mouvement s’implanta en Suisse dès 1905, une section locale vit le jour à Saint-Imier en 1909.
 
 
Pour obtenir sa carte de membre, cet aspirant Ami de la Nature admet s’engager dans une « société culturelle basée sur les principes du socialisme » et qui a pour devoir de « faire ressortir clairement cette tendance chaque fois que l’occasion s’en présente ». Le « bourgeois » en est d’ailleurs explicitement exclu par les statuts de 1938.

Les mêmes statuts nous renseignent sur les buts généraux de la société : inculquer à ses membres « la vraie solidarité, basée sur le sentiment de la communauté socialiste […], développer le peuple ouvrier physiquement et moralement par des excursions, l’alpinisme et des voyages en vue de l’amener à une conception raisonnable de la vie sociale. »

MID_doc_AmiNature1      Carte de membre d’un Ami de la Nature Saint-Imier, avec timbres de cotisations 1946 et 1947 en esperanto: « Naturamikoj »

Carte de membre d’un Ami de la Nature Saint-Imier, avec timbres de cotisations 1946 et 1947 en esperanto: « Naturamikoj »
© Fonds Cercle ouvrier-Maison du peuple, Mémoires d’Ici
 
 

 La section locale imérienne s’installe d’ailleurs dans la Maison du peuple en 1926, aux côtés de sociétés « sœurs » comme le Cercle ouvrier, le parti socialiste et les fanfares et chorales ouvrières. Les « camarades » organisent ensemble la manifestation annuelle du 1er mai, des conférences et projections de film. Ils concoctent surtout les activités de loisirs qui répondent à leurs besoins de délassement et de sociabilité : les « soirées familières » et la piste de jeu de boules de la Maison du peuple ont grande réputation.

 
 

 « Hand in Hand durch Berg und Land »

Le dimanche, les Amis de la Nature de Saint-Imier et leurs familles s’échappent dans leur chalet du « Berg frei », inauguré en 1931 au Mont-Soleil. À l’occasion, ils mettent sur pied des courses plus longues, dans les Alpes, à la campagne ou en ville. Elles leur permettent d’aller à la rencontre d’autres Amis et « camarades » qui ne manqueront pas de les héberger et de leur faire honneur, à grand renfort de discours, cortèges et soirées dansantes. Ces virées festives peuvent se muer en « excursions sociales », telle celle qui emmena le 11 septembre 1948 83 membres de la Musique ouvrière et des Amis de la Nature dans les quartiers ouvriers de Mulhouse.

 

 Cercle ouvrier de Saint-Imier 

   

Chalet des Amis de la Nature de Saint-Imier, « Berg frei », inauguré en 1931 au Mont-Soleil.

Les archives des Amis de la Nature, du Cercle ouvrier et des Musiques ouvrières ont été partiellement conservées dans les combles de la Maison du peuple jusqu’au moment de sa rénovation en 1989. Elles sont aujourd’hui accessibles à Mémoires d’Ici sous la mention « Cercle ouvrier-Maison du peuple Saint-Imier ».