Menu

Non publié / Chère marraine...

L'histoire des internés civils et militaires à Mont-Soleil

Il a 32 ans. Il vient de Roubaix où il était trieur de laine. Il a été fait prisonnier de guerre quand les Allemands ont envahi le nord de la France. Il a rejoint alors le camp de Holzminden, en Basse-Saxe, laissant au pays sa mère âgée, sa femme et son enfant.

En février 1916, après seize mois de captivité, il sollicite la protection d'une marraine de guerre. Ce sera Lydia Clottu, une jeune femme de Cornaux dans le canton de Neuchâtel. Dans ses premières lettres, il demande des vivres, puis un petit savon.

Reconnu malade par les commissions médicales, il est un des 75'000 internés qui séjourneront en Suisse entre 1916 et 1918. Le 17 mai 1916, il arrive à Saint-Imier. Il poursuit alors sa correspondance avec sa marraine. Au fil des mois, un lien se tisse. Dans la solitude de l'exil, dans l'éloignement de la famille, dans l'incertitude quant à l'avenir de son pays en guerre, le prisonnier lutte contre son « cafard ». Ecrire à cette femme qui lui envoie, au gré des saisons, des cerises ou du raisin le rattache au monde des hommes.
 

© Mémoires d'Ici, Fonds Lydia Clottu