Mémoires d'Ici - Dossiers web - MARGUERITE GOBAT Le pacifisme au féminin

MARGUERITE GOBAT
Le pacifisme au féminin

Chronologie

De 1915 à sa mort, Marguerite Gobat œuvra de diverses manières au sein de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté: elle fut membre du comité suisse de la Ligue (1915-1937), membre du comité exécutif international (1919-1921 et 1924-1926) et membre du conseil consultatif (dès 1931). Elle prit part aux congrès internationaux de la Ligue (notamment à Washington en 1932) et à diverses conférences internationales, comme la Conférence Ford en 1916 à Stockholm.
Elle fut de plus responsable de deux journaux et écrivit des centaines d'articles: de 1918 à 1923, elle est la rédactrice d'Aujourd'hui: feuille d'art et d'éducation, organe pacifiste prônant une éducation nouvelle, et de 1924 à 1937 elle est responsable de Der Erzieher («L'éducateur»), supplément de la Frauenzeitung Berna.

 

1870-1884: DELÉMONT

1870: naissance le 23 février de Marguerite, fille aînée d’Albert et Sophie Gobat. Le couple aura encore deux filles et un fils.

















1884-1915: BERNE

1884: installation de la famille à Berne, où le père de famille vient d’être nommé conseiller d’État.
1888: décès de la mère, Sophie Gobat. Marguerite s’occupe désormais du ménage et de l’éducation d’Ernest (17 ans), Louise (15 ans) et Hélène (12 ans).
1890 (environ): Marguerite Gobat devient la collaboratrice de son père. Il est secrétaire de l’Union interparlementaire puis du Bureau international de la paix à Berne.
1909: elle passe quelques mois à Bruxelles comme bibliothécaire.
1914: mort d’Albert Gobat. Marguerite continue de travailler au Bureau international de la paix, notamment comme bibliothécaire.

 

1915-1922: GENÈVE

 

1915-1920 (environ): elle travaille au bureau de l’Union mondiale de la femme pour la concorde internationale (UMF), association dont elle est l’une des fondatrices.
1915: naissance de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté (appelée d’abord Comité international des femmes pour une paix durable). Avec Clara Ragaz et Gertrud Wocker, Marguerite Gobat fonde le comité suisse de la Ligue.
1916: mort de sa sœur Hélène, dont elle recueille le fils qui vient de naître.
1920-1922: elle travaille comme secrétaire au bureau central de la Ligue.


1922-1927: GLAND

Elle enseigne le français à l'International Fellowship School, institution de l’Ecole Nouvelle fonctionnant selon des principes d’égalité et de paix sociale.


1928-1937: MACOLIN

Marguerite Gobat installe et dirige un home pour enfants, le Champ du Plâne, qui accueille des Suisses et des étrangers, notamment dans le cadre de la fondation Pax Jugendwerk, dont s’occupe le comité suisse de la Ligue. C’est à Macolin qu’elle meurt le 19 juin 1937.

 

(archives familiales Gobat, Mémoires d’Ici)

 


Partagez